Nous nous sommes penché sur l’usage des médias sociaux par les pompiers. Plus précisément, par les Services Départementaux d’Incendies et de Secours (SDIS) qui, dans chaque département, gèrent les sapeurs pompiers volontaires et professionnels.

Dans ce 1er billet, nous dressons un état des lieux essentiellement quantitatif de leur présence et de leur usage. Un second billet est à suivre dans lequel nous analyserons leurs pratiques.

Les chiffres évoqués dans ce billet ont été relevés le 8 mai et le 16 septembre 2015.

Deux SDIS sur Trois sont présents sur Facebook 

67 services disposent d’une fanpage sur Facebook (seulement 60 d’entre eux sont actifs). Ces pages comptent en moyenne 2853 fans. Nous reviendrons dans notre prochain billet sur les différents types d’infos publiées.

Pour établir cette moyenne, nous avons délibérément mis de côté la page de la BSPP (141 K fans). Car outre son statut particulier (la Brigade des Sapeurs Pompiers de Paris n’est pas un SDIS) la Brigade opère également sur les départements 92, 93 et 94.

DSC_3157Voici en tout cas le top 5 des SDIS populaires sur Facebook :

  1. SDIS de la Seine et Marne : 6564 fans
  2. SDIS de la Corse du Sud : 6181 fans
  3. SDIS de l’Ain : 5656 fans
  4. SDIS de Charente Maritime : 5442 fans
  5. SDIS d’Indre et Loire : 5186

Et le top 3 des retardataires :

Comme indiqué, nous avions également relevé les compteurs au mois de mai, nous sommes donc en mesure de vous donner le top 3 des SDIS ayant gagné le plus de fans sur Facebook cet été (entre le 8 mai et le 16 septembre).

Top 3 des meilleures progressions pendant l’été :

  1. Sdis de l’Aisne : + 3446 fans, soit +405 %
  2. Sdis de l’Ain : + 3273 fans, soit +137%
  3. Sdis du Var : +2373 fans, soit 96 %

Pendant cette période estivale, 8 services ont investi le réseau social Facebook. Cette arrivée fut tonirtruante pour certains d’entre eux

Top 3 des nouveaux sur Facebook :

  1. Sdis du Nord : 2430 fans
  2. Sdis du Finistère : 2280 fans
  3. Sdis des Alpes de Haute-Provence : 1244 fans

Sur Twitter, y’a pas le feu au lac !

Loin derrière Facebook, seuls 1/3 sont présent sur Twitter, soit 38 d’entre eux. Les SDIS présents comptent en moyenne 1146 followers, ce qui est loin d’être dérisoire.

Existe-t-il une corrélation entre la fréquence de publication et le nombre de followers ? En tout cas le compte du SDIS Bas-Rhin a posté plus de 10880 tweets depuis mars 2012 et il est également le compte le plus suivi de tous les SDIS.

En tout cas, voici le top 5 des SDIS les plus suivis :

Photo ScaarAt https://www.flickr.com/photos/scaar/L’accès des pompiers à Twitter : une urgence ?Et le top 3 des moins suivis :

Présence sur Youtube et Dailymotion

Video

Nous avons passé au crible la présence des SDIS sur les plateformes de partages de vidéos et force est de constater que ceux ci sont encore assez peu présents :

  • Seuls 20 disposent d’une chaine Youtube (soit à peine 20%)
  • Seuls 3 disposent d’une chaine Dailymotion (soit 3%)

Au final, près de 80 % des SDIS sont encore totalement absent des deux principales plateformes vidéo. Si les contenus vidéos sont de plus en plus fréquents sur les sites des services, force est de constater et de regretter que ceux ci n’ont pas encore saisi l’intérêt d’être présent sur ces carrefours d’audience.

Qui sont les meilleurs ? Qui sont les pires ?

23 sont présents à la fois sur Facebook et Twitter

Par rapport à tous ces critères: présence sur Facebook, présence sur Twitter, nombre de fans et de followers, nous décernons notre Top 3 DigitalManiak des SDIS :

  • N°1 Sdis Loire 2049 followers // 4952 fans
  • N°2 Sdis Indre et Loire 1643 followers // 5186 fans
  • N°3 Sdis Var 1672 followers // 4850 fans

Pompiers VintageTop 4 des cancres

Si la grosse majorité (95%) disposent d’un site, certains accusent un retard (à l’allumage ?!) : 4 (et non des moindres) sont totalement absents de la toile (ni site web, ni pages sur les médias sociaux)

  • SDIS de la Sarthe
  • SDIS de la Lozère
  • SDIS de l’Indre
  • SDIS de la Gironde

Dans un prochain billet, nous reviendrons sur l’usage et les contenus que les SDIS postent sur Twitter.

Alexandre Alaphilippe Qui suis-je ? Passionné par les problématiques européennes, je suis consultant indépendant à Bruxelles. J'ai notamment travaillé sur le contenu de plusieurs clients (MSN, EDF Luminus, Fortis) et sur des stratégies de lobbying digital (European Emergency Number Association).

Télécharger l’étude complète ?

Vous souhaitez accéder à notre étude complète sur la communication via média sociaux des SDIS ? Rien de plus simple, il vous suffit de remplir le petit formulaire ci-dessous et nous vous l'enverrons automatiquement.

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

22 réflexions sur « SDIS : étude de l’usage des médias sociaux par les pompiers »

    1. Bonsoir William,
      Les coquilles, les numéros de département, les lignes du fichier excel. Ah !
      On vous souhaite que le SDIS 68 sera bientôt au niveau du SDIS 66, et que le SDIS 67 vous rejoindra 😉

    1. Ah ! On est bien obligés de se restreindre à un moment donné ! Les SDIS nous ont parus pertinents car ils sont tous à l’échelle départementale. Mais on pourrait imaginer une analyse plus poussée de la communication digitale de tous les organismes de sécurité civile. A lire bientôt peut-être 😉

  1. Bonjour, vous avais fait une recherche sur les SDIS, mais avais vous fait une recherche sur les Unions départementale des sapeurs pompiers ? Le SDIS de la Lozère ne possède pas de page facebook mais a depuis peu une page de l’union départementale.

    1. Bonjour Laurent,
      Nous savons qu’il existe beaucoup d’Unions départementales qui créent leur propre page. Mais nous nous sommes volontairement restreints aux pages officielles, qui sont la voix des SDIS sur Facebook. Cela nous semblait plus pertinent car elles bénéficient du même cadre professionnel.
      Merci de votre commentaire :)

    1. Bonjour David,
      Le SDIS 63 est mentionné dans votre carte, alors qu’il s’agit clairement d’un squat :(
      Mais c’est effectivement très instructif de le comparer à la totalité de la population. Peut-être même pourrait-on affiner en comparant à l’audience max de chacun des réseaux ? Facebook et Twitter n’ont pas 65 millions d’utilisateurs :/

    2. Bonjour je suis étonné que sur la page dont vous proposez le lien, sur la carte de France des SDIS étant sur FB le SDIS de l’Hérault ne soit pas positionné avec 4759 mention j’Aime….

  2. Bonjour à tous, Pour que votre étude soit exhaustive, il me semble évident d’apporter une précision. Le SDIS de l’Oise fut le premier en France sur les médias sociaux que sont Twitter et Facebook, et ce en 2009. Il en est de même pour nos amis et collègues du Haut-Rhin. A cette époque, les SDIS affichaient des « profils », limités à 5000 amis… A trois reprises, le SDIS de l’Oise a bloqué le compteur. Soit 15.000 amis.
    Les chiffres de ce jour dans l’Oise affichent 2723, 3569 et 5338 mentions. Soit 11.630 fans… Vous conviendrez que nous sommes donc les premiers en terme d’audience. Hier soir, la cérémonie des JSP a touché plus de 15.000 personnes…

    1. Bonjour Nicolas, et merci de votre retour sur notre étude.
      Pour détailler la méthodologie :

      • En ce qui concerne Twitter, le SDIS de l’Oise a été précurseur, mais pas premier. Nos chiffres montrent une date de création au 1er février 2010. Quelques mois auparavant, le SDIS 44 créait son compte et était officiellement le 1er SDIS (21 novembre 2009)
      • En ce qui concerne Facebook : nous avons fait le choix de compter l’audience organique brute des pages. Effectivement, en fonction des actualités, cette audience peut être plus grande que l’audience réelle. Entre 2009 et 2015, beaucoup de profils (qui étaient effectivement limités à 5000 amis) ont été convertis par des organisations/administrations/entreprises en pages, ces pages pouvant être ensuite fusionnées entre elles, entraînant ainsi la fusion des communautés.

      En résumé, le SDIS 60 est certainement beaucoup plus performant que son nombre de fans réels. Mais malheureusement cela ne se reflète pas dans les critères que nous avons choisi de mettre en avant dans cette étude :(

  3. Le Sdis de la Seine-Maritime compte seulement 331 followers mais vous ne précisez pas que le compte est ouvert depuis la fin du mois de juillet 2015. Pas de compte Facebook dans l’immédiat car pas d’envie de dupliquer du contenu sur cette plate-forme publicitaire! Oui à la viralité non à la publicité
    y LEMOIGNE
    Chef de service communication

    1. Bonjour M. Lemoigne,
      C’est une problématique identique pour le SDIS du Nord ou du Rhone et de la Métropole Lyonnaise. Evidemment que les derniers inscrits ont moins de followers. Peu de followers ne signifie pas piètre performance. C’est pour cela que dans un second volet, nous nous intéresserons aux usages. Mais compter les followers permet d’avoir une idée de l’audience moyenne des SDIS :)

      Quant au choix Facebook/Twitter, nous pensons que Twitter est aussi une plateforme publicitaire. Et que la viralité est aussi très présente sur Facebook. Mais les deux réseaux sont différents, par leur sociologie (surtout) et par leur structure. Investir les deux plateformes ne siginifie pas forcément faire du coipier-coller. Au contraire, cela est dommageable pour les utilisateurs. Il faut davantage réfléchir à un Projet de Positionnement Editorial, qui permet de flécher le bon contenu, sur la bonne plateforme au bon moment.

  4. Étude intéressante mais quelque peu imprécise : le SDIS 14 présente un compteur de 2373 « Like » au 3 octobre 2015.
    Mais on peut s’interroger sur le réel contenu des pages des SDIS ??
    Pour un grand nombre de ces SDIS, Il n’y a que peu de contenus « créatifs » …
    Le plus souvent il s’agit d’une compilation d’argus de presse des différents médias locaux répertoriant les différentes opérations et interventions réalisées dans le département défendus. Les « Likers » sont alors des passionnés de catastrophes…
    Bien évidement et heureusement, ce n’est pas le cas de tous les Sdis.
    ——————————————————————————————————————————
    Existe t-il une étude sur la présence des Unions Départementales ou Régionales de Sapeurs-Pompiers sur les Réseaux Sociaux?
    ———————————–
    Ces Unions sont des associations qui relatent la vie associative des Amicales des centres de secours. Elles abordent différent volets : le social (Œuvre des Pupilles), les Jeunes Sapeurs Pompiers, Les Anciens, les Sports,…etc . Généralement, ces Unions reflètent la vie des hommes et des femmes qui composent les sapeurs pompiers en créant de réels contenus.
    Udsp Loire Atlantique, Udsp 50, UDSP 29…..

    1. Bonjour Olivier,
      Ah malheureusement pour nous, vous avez raison, le SDIS 14 est passé sous notre radar. Nous allons corriger ça le plus rapidement possible.
      Quant à l’étude sur les contenus, elle est en cours et devrait prochainement éclairer vos propos :)

      Enfin, vous n’êtes pas le premier à nous faire la remarque concernant les Unions Départementales, mais nous nous sommes volontairement restreints dans un premier temps aux SDIS :) Bonne journée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *