Et si, enfin, la communication européenne avait trouvé son héraut ? Yanis Varoufakis, nouveau ministre des finances grec, qui se situe au coeur du bras de fer sur la crise grecque,  séduit autant qu’il agace par son franc parler dans et en dehors des réunions. Après la vague des ministres qui tweetaient, Varoufakis est-il le premier twittos qui gouverne ?

(English version available here)

Varoufakis, l'euro-twittos
Varoufakis, l’euro-twittos

« La com’ européenne, c’est chiant ». Voilà ce que tout le monde pense et que personne ne dit. Et sur les réseaux sociaux, il faut avouer qu’à part des photos de commissaires qui travaillent ou qui serrent des mains, on a assez peu de chance de se passionner pour cela que de regarder une énième rediffusion de Friends. On connait déjà tous les personnages, toutes les blagues et le dénouement final, que Angela et Franç.. euh que Rachel et Ross finissent par s’entendre. Mais depuis trois semaines, quelque chose d’inattendu se produit. Et sur la scène politico-économique, comme sur la scène de la com’, il faut se tourner vers la Grèce.

Car c’est un économiste iconoclaste qui a été nommé nouveau ministre des finances. Cravate au placard, crâne rasé « look à la Bruce Willis », Yanis Varoufakis a été nommé au moment où la Grèce doit renégocier pas mal de choses au niveau européen. Mais là où l’on a l’habitude de voir des négociations policées et très calibrées, l’économiste qui a notamment travaillé pour l’éditeur de jeu vidéos Steam,  étonne par ses tweets dans lesquels il ne prend pas de pincettes. Alors, que fait-il d’extraordinaire ?

Trois exemples concrets de sa bonne utilisation de Twitter :

Sur Twitter, Varoufakis veille au grain

Twitter est un formidable outil pour savoir ce qui se passe, qui parle de vous et comment. Yanis Varoufakis l’a très bien compris puisque beaucoup de ses tweets sont des réponses à d’autres tweets qu’il a pu lire dans sa Timeline ou sur lesquels il effectue une veille bien précise. Le tweet suivant le prouve : bien que son nom ne soit pas cité dans le tweet du journaliste (en haut), le ministre lui a répondu, profitant ainsi pour démentir une information parue dans un journal allemand.

Capture d’écran 2015-02-22 à 22.58.57

Cet échange prouve qu’une veille assez précise, soit via des hashtags (Eurogroup, greece), soit par l’utilisation de listes, est effectuée pour pemettre de répondre à une rumeur, pour confirmer ou démentir une information qui circule à votre compte.

Sur Twitter le dialogue, le dialogue, le dialogue.

Contrairement à beaucoup de dirigeants nationaux qui n’ont tendance qu’à écrire dans leur langue (François Hollande twitte en Français, Matteo Renzi en Italien), Varoufakis a fait le choix de mixer entre anglais et grec. Par son passé en Australie en tant que professeur d’économie et par sa stature internationale, tweeter uniquement en grec lui apporterait assez peu de visibilité. En mixant les deux, il permet à une double audience (nationale et internationale) de le suivre sans trop de difficultés.

Mais surtout, Varoufakis tweete et retweete finalement assez peu. Son activité principale consiste à répondre à  une grande diversité de sujets. Il brise ainsi l’usage Top-down que la majorité des hommes politiques préfèrent à Twitter. En s’appuyant sur sa communauté, il valorise ses followers, il leur fait prendre conscience qu’ils ne sont pas simplement une foule qui le suit, mais qu’il attend d’eux des réactions, de l’aide.

"Envoyez moi des propositions, le plus vite possible"
« Envoyez moi des propositions, le plus vite possible »

 

Il tweete ce qu’il pense, il pense ce qu’il tweete

Dans le ton qu’il emploie autant que dans les sujets qu’il choisit, on a vraiment l’impression que Varoufakis cherche à établir un lien direct avec sa communauté. Pas ou peu de blabla, il parle concrètement et dans un esprit de transparence. Une décontraction, que certains considèrent comme du sarcasme et du mépris, qui en tout cas fait parler. Comme lors de la veille de l’Eurogroupe « de la dernière chance » quand il ironise sur une pièce de théâtre.

Capture d’écran 2015-02-22 à 23.17.50
« Il y a deux jours, j’ai vu « Oh les beaux jours » de Samuel Beckett au Théâtre national. Superbe performance. Un peu d’inspiration pour vous savez quoi… »

Ou quand un journaliste commente une photo prise au parlement grec et que le ministre lui répond assez franchement…

Capture d’écran 2015-02-23 à 00.29.44

Pour quel résultat ?

Avec plus de 300 000 followers, Yanis Varoufakis est l’un des hommes politiques européens les plus suivi, largement devant le président de la Commission Européenne, Jean-Claude Juncker. Le seul qui arrive à sa taille, c’est le porte-parole de la chancelière Angela Merkel (la dirigeante ne possédant pas de compte Twitter). Il se permet même de dépasser son propre 1er ministre, Alexis Tsipras. Néanmoins, il est encore loin des autres dirigeants nationaux, qui oscillent entre 300 000 et près de 2 millions de followers. Mais à ce rythme-là, il devrait bientôt les rattraper.

Acteurs de la crise grecque et followers (22 février 2015)
Acteurs de la crise grecque et followers (22 février 2015)

On voit notamment sur ce graphique que sur les 3 derniers mois, Varoufakis a tweeté de manière très régulière sur son compte. Depuis sa nomination, il tweete beaucoup moins, mais la portée de ses posts et l’attention médiatique autour de lui lui a permis de tripler son nombre de followers en trois semaines.

Des followers qui affluent...
Un nombre de followers multiplié par 3, en 3 semaines.

En tout cas, pour les journalistes, le trublion grec est une source d’infinie veille :

Chez les officiels, on grince des dents, mais les twittos, eux continuent d’affluer. Alors si le résultat est à la hauteur des attentes, faut-il y voir un nouveau mouvement ? Un mouvement qui serait moins Top-down, moins calibré, notamment par les spin doctors qui veulent surtout éviter le bad buzz, pour aller vers plus d’authenticité de la part des gouvernants ? Du coup, la communication européenne s’est-elle trouvée un ambassadeur plus sexy que les twits de Jean-Claude Juncker ?

 Ce qui serait intéressant désormais serait de savoir si Yanis Varoufakis tweete rellement lui-même, comment appréhende-t-il cet outil qu’est Twitter ? Comment l’utilise-t-il ? A-t-il une équipe qui gère sa communication en ligne ? Bref, tout ça, est-il une stratégie de com’ ? 😉

Une pensée sur « Varoufakis : le 1er twittos au pouvoir ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *