A l’occasion des élections générales organisées en Israël, le PM israélien a diffusé un clip de campagne assez original et très efficace. Au départ de ce buzz, un clip d’à peine plus d’une minute (1min17), un jeune couple sur le point de sortir voit débarquer Benjamin Netanyahu en lieu et place de la Baby-sitter qu’ils attendaient !

Mon propos ne sera pas ici de prendre parti pour ou contre le bien fondé de la métaphore de la baby-sitter mais de mettre à jour tout une série d’ingrédients que l’on retrouve dans ce clip et qui en font un produit en phase avec son temps.

1ère punch line : vous avez commandé une baby-sitter ? Voilà Bibi sitter !

A peine dissimulé dans le caractère loufoque de la scène, l’essentiel du message est ainsi suggéré : Qui mieux que Bibi peut s’occuper de vos enfants et garder votre maison ?!

A peine les parents ont ils exprimé leur surprise que le papy Brossard de la nation israélienne en vient au choix qui s’offre à eux : pour le babysitting, c’est lui ou Tzipi (Livni) ou Bouji (Isaac Herzog), ses deux adversaires pour le poste de chef du gouvernement.

Les concepteurs du clip appliquent ensuite un principe marketing vieux comme le monde : faire jouer au client le rôle d’ambassadeur de la marque. En moins de temps qu’il n’en faut pour l’énoncer, on voit donc spontanément les deux parents rhabiller pour l’hiver les deux principaux adversaires du PM. Il ne reste plus qu’à Bibi de conclure : « aux prochaines élections, à vous de choisir qui gardera nos enfants ».

Je trouve ce clip de campagne intéressant car terriblement efficace :

  1. Le clip est délibérément drôle et décalé : on trouve le PM israélien dans un rôle où on ne l’attend pas. On est à la limite de l’autodérision. Ceci prête donc à sourire. Décalage, humour, autodérision : on a là 3 bons ingrédients pour susciter une diffusion virale de la vidéo
  2. Le clip ne dure qu’une minute : C’est une évidence mais le clip respecte les standards de durée de vidéo sur le web. En n’excédant pas 1mn16 secondes il maximise les chances d’être vues de bout en bout.
  3. Le clip s’inspire des codes de la vidéo sur le webet des Shortcoms: Sur la forme, on notera que le clip commence face caméra, principe popularisé par les Youtubers. Le jeu face au miroir permettant de faire d’une pierre deux coups : on surfe sur les codes de la culture web populaire et on reflète ainsi un couple israélien typique auquel chacun peut s’identifier par effet de miroir. Le clip puise également dans les codes scénaristiques des formats courts (Shortcom) que diffusent les chaines de télé : une vanne toutes les 10 secondes et une chute post générique qui poussent à regarder la vidéo jusqu’au bout.
  4. Enfin, le clip cible explicitement les jeunes parents dont l’icône marketing est désormais incarnée par les Digital Mums. Posté d’abord sur Facebook, ce clip s’adresse avant tout au cœur sociologique de Facebook : les femmes entre 28 et 45 ans, jeunes mères de famille de CSP + plutôt urbaine. Bref, malgré les apparences, ce clip est tout sauf grand public.

Et vous, qu’avez vous pensé de ce clip ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *