Capture d’écran 2014-03-17 à 17.12.14

A une semaine du 1er tour des élections municipales en France, nous entreprenons un tour de France des villes de plus de 100 000 habitants pour se faire une idée de l’audience que les candidats seront parvenus à agréger sur leurs profils sociaux Facebook et Twitter.

De manière tout à fait arbitraire, nous avons choisi de ne retenir que le maire sortant et son principal challenger. Pour commencer, Bordeaux Marseille et Perpignan

VILLE DE MARSEILLE : 

Maire sortant : Jean Claude Gaudin (UMP)

Challenger : Patrick Mennucci (PS)

A Marseille, les chiffres sont plus raisonnables (pour une fois sur la Canebière !) et l’écart entre les deux candidats n’est plus que du simple au double. Mennucci s’était pourtant adjoint les compétences de la Netscouade. Cela n’aura pas suffit. Il est en effet surprenant de constater que le candidat PS n’ait pas davantage profité de la médiatisation durant la primaire pour engranger une audience plus large sur les médias sociaux. Enfin, on regrettera la multiplication des dispositifs gadgets sur Vine, Bobler ou bien encore le second compte Twitter @avecmennucci qui péniblement ne réunit que le tiers de l’audience du 1er.

VILLE DE BORDEAUX : 

  • Maire sortant : Alain Juppé (UMP)

Sur Facebook : www.facebook.com/AlainJuppe : 31,6 K fans

Sur Twitter : @alainjuppe : 96,6 K followers

  • Challengeur : Vincent Feltesse (PS)

Sur Facebook www.facebook.com/vincent.feltesse : 6,1 fans

Sur Twitter : @VincentFeltesse : 12,3 K followers

VILLE DE PERPIGNAN : 

  • Maire sortant : Jean-Marc Pujol (UMP)

Sur Facebook : www.facebook.com/jeanmarc.pujol : 4,5 K fans

Sur Twitter : @JeanMarcPUJOL : 636 followers

  • Challengeur : Jacques Cresta (PS)

Sur Facebook : www.facebook.com/jacques.cresta.depute : 351 fans

Sur Twitter : @JacquesCresta : 374 followers

Commentaire

Dans ces trois villes, l’écart d’audience entre les candidats est tel que si l’élection devait se faire sur les médias sociaux, le match serait déjà plié :-)

A Bordeaux, il est évident que l’audience de l’ancien PM déborde largement des rives de la Garonne. On ne peut pas en dire autant du candidat PS qui malgré sa réputation d’expert web du PS n’a même pas de compte certifié sur Twitter. Une affaire de cordonnier mal chaussé probablement !

A Perpignan, …. Comment dire ?! Force est de constater que la fracture numérique existe encore au moins parmi les candidats ! 

Hervé Pargue & Alexandre Alaphilippe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *