photomontage des 6 candidats
A un peu moins d’un mois du 1er tour des primaires socialistes, voici un petit état des lieux de l’utilisation de Facebook par les 6 candidats.

Etat des lieux des soutiens au 12/09/11 :

Ségolène Royal : 28 985 soutiens
Martine Aubry : 14 432
Arnaud Montebourg : 11 914 soutiens
François Hollande : 11 317 soutiens
Manuel Valls : 5084 soutiens
JM Baylet : 653 soutiens

Analyse quantitative / qui est en tête ? qui progresse le + ?

Ségolène Royal caracole en tête … non pas dans les sondages ☺ mais sur Facebook ! Avec près de 29 000 soutiens sur sa page, elle est loin devant les autres candidats. En seconde place, la page Martine Aubry regroupe «seulement» un peu plus de 14 000 soutiens (.

Cette 1ère place s’explique notamment par l’antériorité de la présence de SR sur le réseau social. Elle fut en effet l’une des toutes premières politiques française à aller sur Facebook. Par ailleurs, son statut d’ex candidate à la Présidentielle et de prétendante au poste de 1er secrétaire du PS lui ont permit de capitaliser les soutiens sur sa page depuis maintenant près de 3 ans.

Mais l’antériorité n’explique pas tout. Le nombre de soutiens sur la page a plus que doublé depuis juin dernier passant de 13 000 à près de 29 000 soutiens. On peut y voir un signe que sa popularité reste forte dans l’opinion.

Cette croissance exponentielle du nombre de soutiens est un phénomène qui s’observe également chez les autres principaux candidats.

La « Fan page » d’Aubry est ainsi passé de 3000 soutiens en juin à plus de 14 000 en septembre. Soit une progression de plus de 460 % !

La page publique de François Hollande est quant à elle passé de 2500 à un peu plus de 11 000 soutiens. Soit une progression de 360% !

La page d’Arnaud Montebourg connaît une progression sensiblement égale à celle de François Hollande en passant d’un peu moins de 3000 soutiens à presque 12 000 en septembre.

Pour effectuer les relevés de nombre de fans, je me suis servi des chiffres du baromètre mensuel publiés sur www.top100politique.com

Notons que François Hollande « traine » encore son profil perso comme un boulet plafonné à 5000 amis. Ceci peut en partie expliquer le fait que sa page publique rassemble moins de monde (A titre de comparaison, Manuel Valls a récemment transformé son profil perso en Page publique : il dispose désormais d’une Fan page de plus de 5000 soutiens. Ne doutons pas qu’il va demander à Facebook la fusion avec son autre Fan page qui elle compte environ 1350 soutiens).

Analyse qualitative / Quels usages les candidats font-ils de leurs pages ?

L’utilisation que les candidats font de leurs pages est globalement assez décevante. La majorité d’entre eux se contente de relayer les actus de leur site et de dérouler tel un inventaire à la Prévert, leurs passages dans les médias. Bref, rien de passionnant !

A regretter : une absence totale de Community Management sur les pages

On regrettera surtout que la dimension conversationnelle y soit totalement absente. Alors même que, pour l’ensemble des candidats, chacun des posts publiés suscitent des dizaines voir des centaines de réactions (« j’aime » et/ou commentaires), on ne voit aucun des candidats prendre la peine de rentrer dans la conversation, c’est à dire, réagir aux commentaires, remercier les internautes pour leurs contributions. C’est pourtant le B.A- Ba d’une démarche de Community management sur Facebook. A croire que les débats et discussions se déroulant sur leur Mur ne les intéressent pas …

Malgré le caractère horizontal de la communication sur Facebook, nos politiques s’obstinent à faire du vertical et rien que du vertical.

Alors certes, je ne suis pas assez naïf pour ignorer les enjeux et difficultés de la mise en place d’un Community Management sur une page Facebook. Mais tout de même : ces candidats n’ont-ils pas des équipes de campagnes susceptibles d’assumer ce volet conversationnel ?!

Espérons que les équipes de campagnes corrigent rapidement ces maladresses de débutants …

La mécanique virale de Facebook étant ce qu’elle est, les candidats ont tout à gagner à rentrer dans la conversation s’ils veulent élargir davantage encore l’audience de leur page publique. Question d’ambition ? de génération ? de culture ? Et vous, qu’en pensez vous ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *